Contenu commercial | Nouveaux clients seulement | 18+

Lors du tirage au sort de la Coupe du monde du Qatar, vendredi à Doha, la Belgique, championne du groupe F, a été placée dans un groupe accessible, où Kevin de Bruyne, Eden Azar, Romelu Lukaku et l’équipe de Thibaut Courtois affronteront la Croatie, le Maroc et le Canada.

Si elle se qualifie pour les huitièmes de finale, la Belgique pourrait affronter l’Espagne ou l’Allemagne et, hypothétiquement, le Portugal ou le Brésil en quarts de finale et la France, championne en titre, en demi-finales.

L’Espagnol Roberto Martinez, qui entraîne les Diables rouges depuis 2016 et a été le mentor de Thierry Henry, sera en charge de ce qui ressemble à la dernière grande opportunité pour la « génération dorée » du football belge, qui n’a pas remporté de titre depuis des années : De Bruyne (30 ans), Hazard (31 ans), Courtois (29 ans) et Lukaku (28 ans).

« Les Diables rouges feront leurs débuts le 23 novembre contre le Canada, dirigé par l’entraîneur britannique John Herdman, une équipe contre laquelle la Belgique n’a disputé qu’un seul match amical en 1988, que les Européens ont remporté.

Le deuxième match de la Belgique aura lieu le 27 novembre contre le Maroc, qui participe à sa sixième Coupe du monde à Doha. Les deux équipes se sont déjà rencontrées lors de la phase de groupe de la Coupe du monde 1994 aux États-Unis, où les Belges se sont imposés 1-0.

Le choc avec l’équipe marocaine sera particulièrement intéressant d’un point de vue national, car la Belgique compte une importante communauté de citoyens marocains.

Le troisième match, le 1er décembre, devrait être le plus serré puisqu’il s’agit de la dernière journée des qualifications et que les finalistes de la Coupe du monde 2018 en Russie, où la Belgique a terminé troisième, affronteront la Croatie.

Outre les joueurs emblématiques que sont De Bruyne, Hazard, Lukaku et Courtois, la Belgique peut compter sur l’ailier de l’Atletico Madrid Yannick Carrasco (28 ans), le milieu de terrain de Leicester City Yuri Thielemans (24 ans), d’une grande partie de l’équipe du Borussia Dortmund – Axel Witsel (33 ans), Thomas Meunier (30 ans) et Torgan Hazard (29 ans) – pour la porter jusqu’à la Coupe du monde.

Les Diables Rouges se connaissent parfaitement, ont une bonne dynamique d’équipe et lorsqu’ils sont vifs et concentrés, ils sont l’une des équipes les plus fines du monde. Pour de nombreuses stars de l’équipe, il pourrait s’agir de la dernière Coupe du monde dans la fleur de l’âge, ce qui pourrait constituer une motivation supplémentaire pour l’équipe.

Mais les Belges abordent la dernière ligne droite avant la Coupe du monde avec deux grands points d’interrogation : Eden Hazard et la défense.

Autrefois leader de l’équipe nationale, Hazard a à peine pu jouer pour l’équipe nationale ces dernières années en raison de blessures. Le capitaine des Diables Rouges et attaquant du Real Madrid est absent depuis trois ans et vient d’être opéré de la cheville, mais il devrait recevoir son autorisation médicale quelques mois avant Doha.

La ligne arrière est l’autre gros casse-tête des supporters belges.  » Les Diables Rouges étaient l’équipe la plus âgée du dernier championnat d’Europe, avec une défense particulièrement vieillissante – Toby Alderweireld (32 ans), Jan Vertonghen (34 ans) et Thomas Vermaelen (35 ans).

En ce qui concerne les nouvelles recrues, l’équipe nationale belge compte de plus en plus de joueurs à fort potentiel, comme le milieu de terrain de l’AC Milan Alexis Salemakers, 22 ans, l’ailier de Rennes Jeremy Doku, 19 ans, et le milieu de terrain de Bruges Hans Vanaken, qui, à 29 ans, semble en grande forme et a gagné la confiance de Martinez.